lundi 11 février 2019

Avenant à l’accord sur les temps de trajet

cid:image001.jpg@01D4B732.B324D3D0


Pourquoi signer cet avenant ?

Appliqué dès le 1er mars 2019, il corrigera des anomalies. Sans parler d’avancées, il nous parait important d‘améliorer la situation actuelle.

Inclusion des projets de plus de 3 mois

La première amélioration concerne les consultant.e.s qui se rendent chaque semaine chez le même client. Une interprétation aberrante de l’accord par la direction excluait la compensation du temps de trajet pour une mission de plus de 3 mois. L’avenant supprime sans ambigüité cette limitation.

Meilleure prise en compte des déplacements le week-end

La seconde amélioration concerne tous les salariés obligés de se déplacer le week-end pour se rendre à destination ou rentrer. La direction considérait que, même le week-end, un temps de déplacement d’une heure (45 min en régions) ne devait pas être compensé. Normalement, nous n’allons jamais au bureau le samedi ou le dimanche, mais ce n’était pas si évident pour la direction. Nous avons obtenu la suppression de cette limite.
Pour un voyage de 4 heures le week-end, la récupération passe de 1h30 à 2h, donc de 37,5 % à 50 %. L’amélioration est légère, mais le système est plus intelligent.

Ce qui manque

  • Pour les consultants, prendre en compte le temps de récupération dans le calcul du taux d’utilisation. Cet objectif du bonus plan pèse 20 %, c’est une préoccupation majeure toute l’année. Dans les conditions actuelles, se reposer réduit l’atteinte de cet objectif.
  • Bien sûr, la reconnaissance de 100 % du temps passé le week-end à se déplacer pour aller travailler ou en revenir.
  • En semaine, la prise en compte de 50 % du temps de déplacement (hors horaires “normaux” de travail) au lieu de 30 %.
  • Pour ceux qui cumulent beaucoup de récupérations dans l’année, la possibilité de les monétiser ou d’en placer plus de 5 jours dans le Compte Epargne Temps.

Nos conseils

Déclarez vos déplacements hors temps de travail (outil de demande de congés, catégorie « déclaration déplacement » / « REPORT EXCEP COMMUTING »). Vous aurez une petite compensation et les efforts qui vous sont demandés deviendront visibles.
Si vous êtes consultant.e et si vous ne pouvez, ou ne voulez pas, prendre tous vos jours de récupération en repos, transférez-les vers le CET, plutôt que transférer des RTT. En effet, les RTT sont comptabilisées dans le taux d’utilisation, alors que les jours de récupération ne le sont pas.



L’équipe CFDT SAP France : Rémy Chambard-Williams, Pierre Thiollet, Joëlle Corso, Catherine de Larminat, Enrick Hansen, Lydie Seguin, Jacques Haramburu, Suzy Glespen, Tom Storer, Jean-Luc Novaro, Michel Zottola, Jacques Jouanny, Keltouma Boudelal, Benoit Gangnebien, Philippe Cuvillier

mardi 29 janvier 2019

Groupe SAP, résultats 2018 et plan de départs 2019 (Français)


En même temps que les excellents résultats financiers 2018, le groupe SAP a annoncé par email ce matin une restructuration mondiale avec des suppressions de postes malgré une forte croissance des effectifs en 2019 !
 
La France est concernée, au moins par un plan de départs en pré-retraite et nous pouvons raisonnablement supposer qu’il y aura également un plan de départs volontaires pour projet professionnel.
Ce plan sera sans doute décliné par Board Area, certaines permettant les départs volontaires, d’autres non.
(connaître ma Board Area : SAP Portal -> Employee Services -> Success Map -> People Profile -> Personal Information -> Organizational Details -> Board Area)
Un tel plan avait été mis en œuvre en 2015. Les conditions de départ étaient équilibrées, protectrices des personnes et proportionnées aux moyens du groupe. C’est une solide base de négociation.
 
Quoi qu’on pense du principe de cette restructuration, la CFDT sera là pour défendre collectivement vos intérêts et négocier les meilleures conditions de reclassement ou de départ.
Votre équipe CFDT veillera aussi à ce que les départs ne déstabilisent pas les équipes. Ceux qui restent ne doivent pas subir une charge de travail excessive.
La CFDT sera à vos côtés individuellement pour vous soutenir et vous informer.

Groupe SAP, résultats 2018 et plan de départs 2019 (English)

(Text translated automatically. Sorry for the mistakes.)
Along with the excellent 2018 financial results, the SAP group announced by email this morning a global restructuring with job cuts despite strong staff growth in 2019!

France is concerned, at least by an early retirement plan and we can reasonably assume that there will also be a voluntary retirement plan for professional projects.
This plan will probably be implemented by Board Area, some of which will allow voluntary departures, others not.
(know my Board Area: SAP Portal -> Employee Services -> Success Map -> People Profile -> Personal Information -> Organizational Details -> Board Area)
Such a plan had been implemented in 2015. The starting conditions were balanced, protective of people and proportionate to the group's means. It is a solid basis for negotiation.
 Whatever people think of the principle of this restructuring, the CFDT will be there to collectively defend your interests and negotiate the best conditions for reclassification or departure.
Your CFDT team will also ensure that departures do not destabilize the teams. Those who remain should not be subjected to an excessive workload.
The CFDT will be at your side individually to support and inform you.




vendredi 11 janvier 2019

Prime exceptionnelle défiscalisée


La CFDT SAP se félicite qu’après un cafouillage, la direction a finalement accepté d’octroyer une prime exceptionnelle aux salariés dans les conditions définies par la loi.

 

Le Directeur Général de SAP France avait d’abord annoncé sur Europe 1 le mardi 11 décembre, lendemain de l’annonce par le Président de la République de la possibilité de prime défiscalisée, qu’il n’y en avait pas besoin chez SAP France. Cette annonce s’était faite sans aucune concertation des partenaires sociaux. Le CE et l’ensembles des Organisations Syndicales (à l’exception de la CGT)  ont interpelé le directeur général sur son attitude peu respectueuse et ont fait le mardi 18 décembre une déclaration de protestation. Lors de la même réunion, le CE a voté une prime de  1 000€ pour les salariés du CE.

 

Finalement, ce 7 janvier, la direction a annoncé une décision unilatérale d’attribution d’une prime de 1 000€ pour les salariés CDI ou CDD présents sur toute l’année 2018 et gagnant moins de 53 944,92€ ainsi qu’une prime de 500€ pour les alternants et contrats de professionnalisation présents sur toute l’année 2018. Au total, 189 salariés toucheront une prime, soit 12% environ des effectifs.

 

La CFDT a demandé, afin d’atténuer l’effet de seuil pour les salariés juste au-dessus de la somme (dont certains ne l’étaient que parce qu’ils avaient touché un petit « bonus » en récompense d’un travail exceptionnel), une prime dégressive soit versée jusqu’à un salaire de 56000€ annuels ce qui a malheureusement été refusé par la direction.

mardi 16 octobre 2018

Déclaration sur la politique sociale de l'entreprise et égalité Femmes - Hommes


La CFDT SAP salue l’excellent travail d’analyse du cabinet Syndex. Les éclairages apportés sont précis. Le constat montre de graves lacunes de la direction.


Ainsi, les données montrent que SAP a encore creusé les écarts de rémunération entre femmes et hommes, malgré un discours d’égalité.

Certaines données font illusion. Par exemple, on constate que la rémunération des femmes « Sales et Presales » promues en 2018 a augmenté de 13 % contre 9 % pour les hommes promus. Mais ce « rattrapage » apparent est gâché par les augmentations des personnes non promues, 4,9 % pour les femmes contre 5,7 % pour les hommes ! La direction finance-t-elle le rattrapage des femmes promues par une moindre augmentation des femmes non promues ? Comment espérer alors atteindre une égalité réelle ?


Le taux moyen d’augmentation des femmes est inférieur à celui des hommes pour le career level T2 hors promotions, et pour les T3 et T4 avec ou sans promotions.

En revanche, pour T5, le taux moyen d’augmentation des femmes est supérieur ! Mais ce niveau ne compte que 14 femmes contre 82 hommes…


Le cabinet Syndex a analysé l’évolution de carrière des salariés qui avaient moins de 30 ans en 2013 et qui sont encore présents (24 sur 48). La rémunération des femmes a augmenté de 41 %, contre 49 % pour les hommes. L’écart moyen est passé de 6 437 € en 2013 à 13 305 € en 2018, soit +106,7 %.

Pour les personnes qui avaient entre 30 et 35 ans en 2013 (45 %, sur 154, ont quitté l’entreprise), les rémunérations moyennes étaient assez proches en 2013 (63,2 k€ pour les femmes, 65,5 k€ pour les hommes). La rémunération moyenne des femmes a augmenté de 30 %... celle des hommes de 47 %. L’écart a donc été multiplié par 5 !


Parmi les 218 salariés de plus de 50 ans en 2013, 35 % ont quitté l’entreprise, principalement lors des PSE. Hors career level T5 (ce niveau ne permet pas de promotion et n’est donc pas directement comparable aux autres), l’augmentation de rémunération de 2013 à 2018 est de 15,5 %, pour les femmes comme pour les hommes. Malgré cette apparente égalité, le déséquilibre des rémunérations initiales conduit à un accroissement de l’écart de rémunération, passé de 26 632 € en 2013 à 30 524 € en 2018. Heureusement que des budgets ponctuels réservés à la réduction des écarts de rémunération ont limité les dégâts.


L’analyse de ces 6 années montre donc que, malgré la volonté affichée et les discours satisfaits, les actions de la direction sur le sujet crucial de l’égalité salariale entre femmes et hommes débouchent concrètement sur l’accroissement des écarts de salaire au détriment des femmes.
Cette dégradation se vérifie pour les personnes de moins de 30 ans, entre 30 et 35, et de plus de 50 ans en 2013.

La CFDT constate que SAP continue à creuser l’écart de rémunération entre femmes et hommes.


S’agissant des progressions de carrière, la CFDT SAP dénonce le non-respect de la promesse, faite par la direction ces dernières années, de ne pas maintenir exagérément les femmes dans le premier grade. Les données de la commission égalité professionnelle et les données Syndex le démontrent.
Pour chaque career-level, dans le premier grade, les femmes sont surreprésentées par rapport aux hommes quel que soit le nombre d’années dans le premier grade de chaque career level  ! Conséquence : le taux de départ à 2 ans des femmes est nettement supérieur à celui des hommes. Les efforts de recrutement des femmes sont gâchés par le traitement inéquitable qui suit.


Progression de carrière, rémunération, l’égalité femmes-hommes ne progresse pas réellement chez SAP France, elle régresse même.

Parfois le déni, souvent les discours vertueux et volontaires, les grands engagements abstraits, les labels d’entreprise ou de groupe… tout cela ne masque pas la réalité du problème.

SAP France ne traite pas équitablement les femmes et les hommes.


La direction est très soucieuse de performance, d’atteinte des objectifs, mais est décidément bien plus sévère envers ses salariés qu’envers elle-même.

La CFDT appelle la direction à des actions concrètes, urgentes et sincères, et surtout à des résultats enfin concrets.

Chez SAP France, femmes et hommes ne sont pas égaux. Cela doit cesser. Maintenant.

mardi 28 août 2018

Médecin traitant pour vos enfants dès l'âge de 16 ans


Conseil pratique et rentable : déclarez un médecin traitant pour vos enfants dès l'âge de 16 ans.


Sans médecin traitant déclaré, même une consultation de généraliste est considérée par la Sécu comme "hors parcours de soin", et remboursée à 30 % au lieu de 70 %.


En ces temps de rentrée et de visite médicale, pensez-y...

vendredi 24 août 2018

Droit à la déconnexion ou Astreinte ?

Votre hiérarchie vous demande de rester joignable pendant vos congés ? De l’indiquer dans votre Out-of-Office ? Ou demande que les relations clients ne soient pas interrompues par vos congés ?
 
Cet article du Monde Informatique vous intéressera !
Il présente une décision de la Cour de Cassation requalifiant pour ces motifs des congés en astreintes, avec les indemnisations correspondantes.
 
En effet, l’article L3121-9 du Code du Travail définit une période d'astreinte comme « une période pendant laquelle le salarié, sans être sur son lieu de travail et sans être à la disposition permanente et immédiate de l'employeur, doit être en mesure d'intervenir pour accomplir un travail au service de l'entreprise ».
 
Rappelons que, chez SAP France, les rémunérations des temps d’astreinte, d’intervention en astreinte, et d’interventions planifiées sont fixées par un accord signé en 2011, disponible sur le portail.